• +33 1 42 23 52 21
  • Lun - Ven de 9h à 17h

L’équipe du Relais est joignable par téléphone du lundi au vendredi de  9h à 17h au 01 42 23 52 21 ou par mail à l’adresse suivante .  Nous disposons de l’agrément qualité N/030811/A/075/Q/136 - - -

-

Pour tout séjour ou week-end adapté contacter tes-vacances.org. • L’équipe de tes-vacances est joignable par téléphone du lundi au vendredi de  07 52 02 75 30.

Deux héros du quotidien

Dans leur dernier film, Eric Toledano et Olivier Nakache s’intéressent au combat de deux éducateurs qui viennent en aide aux jeunes autistes délaissés par les structures de soins traditionnelles. Résultat : une comédie audacieuse qui confirme le talent précieux du duo.

Deux héros du quotidien

Dans leur dernier film, Eric Toledano et Olivier Nakache s’intéressent au combat de deux éducateurs qui viennent en aide aux jeunes autistes délaissés par les structures de soins traditionnelles. Résultat : une comédie audacieuse qui confirme le talent précieux du duo.

Deux héros du quotidien

Olivier De Bruyn
tweet@OlivierBruyn

Le triomphe commercial d’« Intouchables » en 2011 (plus de 50 millions de spectateurs dans le monde, dont 19 en France) aurait pu inciter Eric Toledano et Olivier Nakache à se reposer sur leurs lauriers lucratifs et à tourner des comédies inoffensives. Ils ont opté pour un tout autre choix. Profitant de leur succès et de leur cote exponentielle, le duo, à qui les argentiers du cinéma français ne peuvent désormais plus rien refuser, a décidé d’aller plus loin dans l’audace. Après « Samba », en 2014, une fiction incisive sur le sort réservé aux sans-papiers, et « Le Sens de la fête », en 2017, sur un quinquagénaire au bout du rouleau, Eric Toledano et Olivier Nakache signent aujourd’hui leur film le plus ambitieux et « casse-gueule ».

Dans « Hors normes », ils mettent en scène deux éducateurs, Bruno (Vincent Cassel) et Malik (Reda Kateb), qui, à la tête de leur association respective, viennent en aide à de jeunes autistes dont personne ne veut (ou ne peut) s’occuper dans les structures de soins traditionnelles. S’efforçant de socialiser leurs patients et, parfois, de favoriser leur intégration dans le monde professionnel, Bruno et Malik, avec les faibles moyens financiers dont ils disposent, doivent composer avec mille et une difficultés : les réactions imprévisibles de leurs malades, le regard d’une société où l’autisme fait peur, la surveillance d’une administration tatillonne, on en passe.

Signer des comédies riches de sens, faire rire le public avec des thématiques qui, a priori, ne s’y prêtent pas…Fidèles à leurs principes, Eric Toledano et Olivier Nakache sedéchaînent dans « Hors normes », un film où, sur le fil du rasoir, ils évoquent les failles (euphémisme) dans la prise en charge de l’autisme et mettent en scène avec drôlerie et émotion des personnages confrontés à des situations à la fois rocambolesques et tragiques. Inspiré par les expériences vécues par deux « vrais » éducateurs (Stéphane Benhamou et Daoud Tatou) que les cinéastes connaissent depuis vingt ans, le film, dans le registre de la comédie populaire, surprend par son scrupuleux réalisme et par sa capacité à amuser tout en évoquant des sujets qui n’ont rien d’anodin.

« La notion de norme est infiniment fragile », explique Eric Toledano. « Ce thème parcourt tous nos films et il résonne particulièrement dans “Hors Normes”. Qu’est-ce qui est normal dans le traitement de l’autisme ? Accueillir et aider les malades en ne respectant pas toujours la loi ou les abandonner dans le hors-champ de la société comme cela est si souvent le cas ? “Hors normes” n’est pas un film hollywoodien : il n’y a ni bons ni méchants, mais desgensqui sont sans cesseobligés de réinventer leurs positions. »

Deux acteurs impeccables

Scénarisé avec un soin maniaque (pas un temps mort dans le film), dialogué avec verve et imagination, « Hors normes », sans angélisme, entraîne dans le sillage de deux héros du quotidien qui, parfois contraints à la désobéissance civile, se démènent pour venir en aide aux cabossés de l’existence qu’ils épaulent jour et nuit. Incarné magistralement par Vincent Cassel et Reda Kateb, qui dialoguent avec de « vrais » autistes devenus acteurs pour l’occasion, le film ne cède jamais aux facilités et à la sensiblerie que l’on pouvait redouter, et confirme l’inspiration du binôme Toledano/ Nakache : des réalisateurs qui, dans le paysage du cinéma français, se font une haute idée de la comédie populaire. On les en remercie.

 

FILM FRANÇAIS
Hors normes
d’Eric Toledano
et Olivier Nakache.
Avec Vincent Cassel, Reda Kateb,
Hélène Vincent…
1 h 54.

Olivier De Bruyn
tweet@OlivierBruyn

Le triomphe commercial d’« Intouchables » en 2011 (plus de 50 millions de spectateurs dans le monde, dont 19 en France) aurait pu inciter Eric Toledano et Olivier Nakache à se reposer sur leurs lauriers lucratifs et à tourner des comédies inoffensives. Ils ont opté pour un tout autre choix. Profitant de leur succès et de leur cote exponentielle, le duo, à qui les argentiers du cinéma français ne peuvent désormais plus rien refuser, a décidé d’aller plus loin dans l’audace. Après « Samba », en 2014, une fiction incisive sur le sort réservé aux sans-papiers, et « Le Sens de la fête », en 2017, sur un quinquagénaire au bout du rouleau, Eric Toledano et Olivier Nakache signent aujourd’hui leur film le plus ambitieux et « casse-gueule ».

Dans « Hors normes », ils mettent en scène deux éducateurs, Bruno (Vincent Cassel) et Malik (Reda Kateb), qui, à la tête de leur association respective, viennent en aide à de jeunes autistes dont personne ne veut (ou ne peut) s’occuper dans les structures de soins traditionnelles. S’efforçant de socialiser leurs patients et, parfois, de favoriser leur intégration dans le monde professionnel, Bruno et Malik, avec les faibles moyens financiers dont ils disposent, doivent composer avec mille et une difficultés : les réactions imprévisibles de leurs malades, le regard d’une société où l’autisme fait peur, la surveillance d’une administration tatillonne, on en passe.

Signer des comédies riches de sens, faire rire le public avec des thématiques qui, a priori, ne s’y prêtent pas…Fidèles à leurs principes, Eric Toledano et Olivier Nakache sedéchaînent dans « Hors normes », un film où, sur le fil du rasoir, ils évoquent les failles (euphémisme) dans la prise en charge de l’autisme et mettent en scène avec drôlerie et émotion des personnages confrontés à des situations à la fois rocambolesques et tragiques. Inspiré par les expériences vécues par deux « vrais » éducateurs (Stéphane Benhamou et Daoud Tatou) que les cinéastes connaissent depuis vingt ans, le film, dans le registre de la comédie populaire, surprend par son scrupuleux réalisme et par sa capacité à amuser tout en évoquant des sujets qui n’ont rien d’anodin.

« La notion de norme est infiniment fragile », explique Eric Toledano. « Ce thème parcourt tous nos films et il résonne particulièrement dans “Hors Normes”. Qu’est-ce qui est normal dans le traitement de l’autisme ? Accueillir et aider les malades en ne respectant pas toujours la loi ou les abandonner dans le hors-champ de la société comme cela est si souvent le cas ? “Hors normes” n’est pas un film hollywoodien : il n’y a ni bons ni méchants, mais desgensqui sont sans cesseobligés de réinventer leurs positions. »

Deux acteurs impeccables

Scénarisé avec un soin maniaque (pas un temps mort dans le film), dialogué avec verve et imagination, « Hors normes », sans angélisme, entraîne dans le sillage de deux héros du quotidien qui, parfois contraints à la désobéissance civile, se démènent pour venir en aide aux cabossés de l’existence qu’ils épaulent jour et nuit. Incarné magistralement par Vincent Cassel et Reda Kateb, qui dialoguent avec de « vrais » autistes devenus acteurs pour l’occasion, le film ne cède jamais aux facilités et à la sensiblerie que l’on pouvait redouter, et confirme l’inspiration du binôme Toledano/ Nakache : des réalisateurs qui, dans le paysage du cinéma français, se font une haute idée de la comédie populaire. On les en remercie.

 

FILM FRANÇAIS
Hors normes
d’Eric Toledano
et Olivier Nakache.
Avec Vincent Cassel, Reda Kateb,
Hélène Vincent…
1 h 54.

Image

Le film est incarné magistralement par Reda Kateb et Vincent Cassel qui dialogue avec de « vraie » autiste devevus acteurs pour l'occasion.
PROKINO FILMVERLEIH GMBH / CAROLE BETHUEL

Source : Quotidien Les Echos du 23 octobre 2019

© 2020 - Le Relais Île de France - 15, rue du Pôle Nord - 75018 - Paris - Tel. 09 54 54 25 14 ou 01 42 23 52 21

Please publish modules in offcanvas position.